David Petauton, directeur de la communication de l’agence du Numérique en Santé, ministère de la Santé : « La Covid a été un accélérateur de la esanté. »

Quel a été l’impact de l’épidémie de covid sur la e-santé ?

Les pratiques de télé-santé existaient déjà mais de manière plus ou moins formelle et pas forcément remboursée. Par exemple, certains médecins donnaient des avis gratuitement et ponctuellement par téléphone. Les patients envoyaient avec leur smart phone des photos de leurs symptômes. Les médecins renouvelaient des ordonnances entre deux consultations physiques. Mais le covid a été un accélérateur incroyable de ces pratiques et de leur formalisation. En effet, l’épidémie a permis de développer en un temps record la télé-consultation, les applications, sites d’information et plateformes de prise de rendez-vous. En mars 2020, les médecins pratiquaient 400 à 600.000 actes de télé-consultation par an. Au plus fort de la crise, le chiffre a atteint un million par mois. C’est aujourd’hui une évidence pour tous et on ne reviendra pas en arrière.

Quels sont les projets prioritaires de l’Agence du Numérique en Santé ?

Cette agence, rattachée au ministère de la Santé, a pour mission globale la sécurité et l’interopérabilité des systèmes d’information en santé. A titre d’exemple, nous gérons ou régulons les cartes des professionnels de santé (1,5 millions environ), ce qui permet entre autres la réalisation des feuilles de soins numériques (1,6 milliards par an) et la mise en conformité de tous les logiciels professionnels grâce notamment au Ségur de la Santé. Auprès de la DNS -Délégation au numérique en santé- et de l’Assurance maladie, nous contribuons à la mise en œuvre de « Mon Espace Santé ». Cet espace numérique de santé sera disponible pour tous les Français avant la fin du premier semestre 2022. Il permettra d’archiver, de classer et de partager les données médicales de chaque patient. Ce sera un progrès majeur dans l’optimisation des parcours individuels de santé. L’opinion publique est aujourd’hui prête à cette avancée.

L’Agence du Numérique en Santé aux côtés de la Délégation ministérielle au numérique en santé, des ARS, des GRADeS et de l’ensemble des acteurs de l’écosystème contribue à l’amélioration du système de santé en France. Ensemble, nous accompagnons la transformation du numérique en santé.